LES SERVICES EN LIGNE

Les + demandés


Abonnez-vous à Neuilly Actualité

Facebook Twitter Google Plus

Après le rapport 2018, cap sur 2019

Après le rapport 2018, cap sur 2019

Développement durable

La politique de développement durable de Neuilly-sur-Seine s’inscrit dans un processus d’amélioration continue. Alors que le rapport développement durable 2018 est paru depuis peu, coup de projecteur sur des éléments clés.

Végétalisation de l'espace public et ressource en eau

Végétalisaton de l'espace public

Avec plus de 23 hectares, les espaces verts font aujourd’hui partie intégrante de Neuilly-sur-Seine et constituent de véritables lieux de convivialité, d’échanges et de rencontres. Au-delà des bienfaits que procure le végétal en ville (sentiment de bien-être, reconnexion avec la nature, esthétique, etc.), d’autres vertus sont à mettre à son crédit :

  • la lutte contre la pollution de l’air en absorbant divers polluants : N02, particules fines, etc.,
  • la résorption des îlots de chaleur urbains en régulant la température lors de fortes chaleurs,
  • l’infiltration des eaux de pluie dans les zones nouvellement végétalisées en les déviant du réseau d’assainissement. Les eaux de pluie retrouvent ainsi leur statut de ressource.

En 2017, ce sont près de 6000m² de nouveaux espaces végétalisés qui ont vu le jour.

Les parcs, squares et les places sont progressivement réaménagés pour répondre au mieux aux attentes des Neuilléens et de nouvelles variétés végétales sont intégrées. En 2017, des plantes vivaces et 16 arbres allant jusqu’à 12m de hauteur ont été plantés sur la place de Bagatelle tandis que sur la place Château-Chartran, un grand Chêne a pris racine et un nouvel espace vert de 50m² a été créé.

Ressource en eau

La préservation de la ressource en eau est un enjeu majeur pour la Ville. Elle s’est engagée, dès 2014, en signant la Charte de l’eau, à la respecter, à maîtriser sa consommation et participer ainsi à l’atteinte des objectifs de la Directive Cadre européenne sur l’Eau (DCE) et du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE).

Le 9 novembre 2016, dans la continuité de son engagement, la Ville a signé le Contrat de bassin « Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine » dont l’un des axes principaux concerne la végétalisation des espaces publics. Cet engagement lui permet de financer pour partie ses travaux de végétalisation qui contribuent à améliorer la gestion des eaux pluviales et limiter les ruissellements.
Pour maîtriser sa consommation d’eau et préserver cette ressource, la Ville crée des forages. On en compte 10 en 2017. Ils permettent de puiser l’eau directement dans la nappe phréatique pour arroser les espaces publics.

Economies d'énergie et valorisation

La Ville réalise des travaux de rénovation énergétique pour améliorer le cadre de vie de la ville. Ces travaux vertueux sont valorisés et permettent l’obtention de subventions auprès de l’État (CEE) qui servent à financer d’autres travaux.

Économies d’énergie

Entre apport de lumière indispensable pour la sécurité piétonne et automobile, consommation d’énergie et préservation des écosystèmes, la Ville optimise l’éclairage public afin de trouver un nouvel équilibre. Un programme de rénovation a été défini sur 10 ans et consiste, entre autres, à remplacer les luminaires classiques par des luminaires à LED pour réaliser des économies d’énergie. De nombreuses voies ont ainsi été rénovées en 2017 et 2018.

Ces rénovations couplées à un ajustement des abonnements en électricité et aux contrats de fourniture d’énergie ainsi qu’à l’arrêt de l’éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels dès 23h (alors que la règlementation l’impose à partir de 1h du matin) ont permis à la Ville de réaliser des économies d’énergie conséquentes en 2017 avec une baisse de 22% de la consommation en électricité de l’éclairage public.

Par ailleurs, la Ville rénove également les bâtiments communaux pour maîtriser sa consommation énergétique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, elle a conclu en septembre 2016 un Contrat de Performance Energétique pour une durée de 10 ans. Depuis, de nombreux travaux de rénovation sont réalisés. En 2017, on peut citer le remplacement des fenêtres de la MJC et de l’école Dulud, celui des luminaires des groupes scolaires ou encore le changement des projecteurs de la zone bassin du centre aquatique.

Certificats d’Economie d’Energie (CEE)

La loi de programmation et d’orientation de la politique énergétique (loi POPE du 13 juillet 2005) a défini les bases du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE), obligeant les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz, chaleur, froid, fioul domestique) à réaliser des économies d’énergie en entreprenant différentes actions auprès des consommateurs.

Les investissements de rénovation des chaudières, de l’isolation des bâtiments et de l’éclairage public sont valorisés depuis 2011 par l’obtention de certificats d’économies d’énergie que la ville revend ensuite. En plus des économies réalisées sur la facture d’électricité, ces certificats ont généré en 2017 des recettes significatives.

Ailleurs dans le monde

Dans les espaces urbains, qu’ils soient de grande ou de petite taille, la nature apporte de nombreux bienfaits pour les citoyens. Elle contribue à leur bien-être et permet aussi une régulation de l’environnement. La ville devient alors plus résiliente face aux changements globaux et plus désirable ; c’est pourquoi de plus en plus de villes en France et à travers le monde végétalisent leurs trottoirs, leurs façades, leurs toitures, etc. Voici un petit aperçu de quelques réalisations innovantes :

  • Madrid multiplie les murs et toits végétalisés et installe des potagers dans chaque établissement ;
  • Milan recrée une forêt verticale sur 2 tours qui abritent près de 900 arbres sur des balcons ;
  • Kaohsiung city (Taiwan) réalise une fresque végétale sur 2,5km de long ;
  • Montréal possède 46km de voies végétalisées ouvertes à la circulation que les habitants fleurissent et cultivent eux-mêmes ;
  • Shanghai teste le modèle des « villes éponges » avec des rues construites de matériaux perméables pour lutter contre les inondations ;
  • Paris porte un ambitieux programme de végétalisation de toitures et de façade avec un objectif de 100ha d’ici 2020.

Lorsqu’on leur demande comment ils imaginent la ville de demain, les français répondent à 53% « une ville qui remet la nature au cœur de la ville » selon une enquête nationale de NewCorp Conseil publiée en mars 2018. C’est aussi dans ce sens que va le plan biodiversité du gouvernement présenté par Nicolas Hulot le 4 juillet 2018. L’un des axes vise à freiner l’artificialisation des espaces naturels et agricoles et à reconquérir des espaces de biodiversité partout où cela est possible, en ville comme dans les espaces ruraux. Il a pour ambition de faire de la biodiversité une composante clé de la construction de la ville de demain.

Les actions de végétalisation entreprises par la Ville de Neuilly-sur-Seine contribuent à ces services rendus par la nature et s’inscrivent de façon plus générale dans les ambitions nationales.

Consulter le rapport développement durable 2018




Page précédente

C'est à vous !