comptes-banniere ©
Le compte administratif rend compte de l’exécution des décisions budgétaires intervenues au cours de l’année (budget primitif, budget supplémentaire et décision modificative) et donne une image fidèle et sincère de la situation financière de la Ville.

Lors du Conseil Municipal du 24 mars 2022, les élus ont adopté et voté le compte administratif. Celui-ci retrace l'ensemble des dépenses et recettes réalisées par la Ville durant l'exercice budgétaire 2021.

Malgré un contexte de crise sanitaire qui a des conséquences importantes sur les finances de la Ville, la présentation du compte administratif laisse apparaitre une situation saine.

Des dépenses parfaitement maîtrisées

La Ville présente une bonne situation financière, comparable à 2020. Les indicateurs confirment la gestion vertueuse de la municipalité.

Les dépenses de gestion sont en effet quasi-stables depuis plusieurs années. Les dépenses réelles de fonctionnement évoluent peu, grâce à l’attention portée à leur maîtrise.

Un taux d'épargne excellent

Alliée à la reprise partielle de la dynamique de ses ressources, la maîtrise des dépenses permet de conserver un niveau d’épargne brute bien supérieur aux recommandations.

Un endettement raisonnable malgré le contexte

L’endettement par habitant reste particulièrement faible, avec un ratio inférieur au tiers de celui des villes de même taille.

L’encours total de la dette au 31 décembre 2021 est de 23 M€, soit un endettement de 361 € par habitant.

Une très bonne capacité d'autofinancement malgré la crise

Les dépenses d’équipement de la Ville se sont élevées à 33,252 M€, la bonne situation financière de la commune lui permettant de poursuivre ses investissements malgré la conjoncture.

La Ville a pu poursuivre ses grands projets d’investissement, même si les chantiers ont pu être ralentis du fait des conséquences de la crise sanitaire.
En 2021, les projets étaient les suivants, en phase de démarrage des travaux, continuité ou livraison :

  1. Les Allées de Neuilly
  2. Le parking Charles de Gaulle
  3. La réhabilitation de l’école Michelis
  4. Le complexe sportif Koenig
  5. L’opération du 167 avenue Charles de Gaulle

Ces opérations ont permis l’entretien des espaces publics, par l’éclairage public, les travaux de voirie et l’entretien des espaces verts, ainsi que l’acquisition de véhicule par le garage, notamment un car électrique, l’entretien des bâtiments administratifs et des équipements municipaux (crèches, écoles, stade, …)

  • Les produits de cessions à hauteur de 14,994 M€ enregistrés à la suite des opérations de vente d'actifs
  • Les subventions d’équipement, pour 3,453 M€ (contre 1,109 M€ en 2020)
  • Le Fonds de Compensation de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (FCTVA) : 6,9M€
  • L’appel à l’emprunt a permis de compléter le financement des dépenses d’investissement à hauteur de 10 M€
  • Des recettes comptables et des opérations patrimoniales

Des dépenses exceptionnelles liées au Covid absorbés

L’impact de la crise sanitaire, s’il diminue, est toujours sensible :

  • Les dépenses directes relatives au Covid-19 sont de 0,675 M€ ainsi que 0,065 M€ de petit équipement.
  • S’y ajoutent les dépenses liées au fonctionnement du centre de vaccination pour 1,094 M€.
  • La taxe additionnelle aux droits de mutation (TADM) hors opérations exceptionnelles a presque retrouvé le niveau de 2019 : -0,270 M€.
  • La fiscalité a retrouvé un niveau comparable aux années antérieures mais les produits des services n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant la crise : - 3,105 M€.
  • Les versements de l’Etat consécutifs aux pertes de recettes et à la prise en charge des coûts du centre de vaccination compensent partiellement ces effets à hauteur de 3,795 M€.

Outre les conséquences sur le fonctionnement des services, le « coût » de la crise sanitaire peut être évalué à 1,414 M€. En 2020, le coût était de 4,3 M€.

En 2021, le budget primitif prévoyait une recette prudente de 14,000 M€.

Grâce à l’attractivité de la Ville et la qualité de son offre immobilière, le montant total de TADM encaissé en 2021 est arrêté à 17,189 M€, correspondant aux montants constatés depuis 2018, hors circonstance exceptionnelle.

Haut de page
0