LES SERVICES EN LIGNE

Les + demandés


Contacter le service Archives et Documentation

  • Téléphone :
    01 40 88 88 58/59
  • Fax :
    01 40 88 87 43
  • Courriel :
    archivdoc@ville-neuillysurseine.fr
  • Adresse postale :
    125 avenue Achille Peretti (2ème étage)
    92200 Neuilly-sur-Seine
  • Horaires d'ouverture :
    du lundi au vendredi (13h30-17h30)
    sur rendez-vous pour la consultation des archives

C'est à vous !

 

Une erreur sur la page ? Une question sans réponse ? Contactez-nous

Vous souhaitez obtenir une réponse ?

Facebook Twitter Google Plus

Mairies historiques

La première Mairie

L'Eglise St Jean-Baptiste

Le 7 février 1790, en vertu de la loi des 14 et 22 décembre 1789, la première municipalité neuilléenne fut constituée : Nicolas Delaizement, marchand boucher, fut élu maire. Faute de locaux disponibles, la municipalité choisit une dépendance de la sacristie de l’église Saint Jean-Baptiste pour abriter ses délibérations.

C’était une chambre latérale tenant immédiatement à l’édifice et s’ouvrant par une seule porte, celle qui donnait dans le sanctuaire lui-même. Celle-ci est également utilisée pour les audiences du juge de paix du canton de Clichy, puis de Neuilly.

La deuxième Mairie

Très vite, la municipalité, à la fois gênée par les chants liturgiques et l’étroitesse de cette salle, cherche un autre lieu de réunion. Le 28 septembre 1809, le Conseil municipal, présidé par Jean-François Delabordère, maire, vote l’acquisition d’une maison, située rue de Madrid (actuelle rue du Château), précisément en face de la grande rue de l’Ancien Pont, pour un montant de 18.000 francs.

Cette propriété comportait « deux corps de logis ayant sept ouvertures sur la rue, cour, jardin, puits et autres accessoires », permettant non seulement l’installation d’une salle de Mairie avec un bureau pour le maire, mais également une salle d’audience pour la Justice de Paix, un cabinet pour le juge, un logement pour le curé et une école.

La troisième Mairie


A partir de 1823, les constructions neuves, presque doublées en quelques années, et les immenses développements de l’industrie vinrent donner un accroissement prodigieux à la population de toutes les communes du canton de Neuilly[1]. Dès lors, la Mairie et la Justice de Paix ne peuvent évidemment plus satisfaire à leur destination : les bureaux étaient devenus beaucoup trop exigus.

En 1833, très avisé en même temps que généreux, M. Marcel, architecte-voyer de la Ville de Neuilly, proposa à la municipalité de lui abandonner un terrain à Sablonville où il serait facile de construire une Mairie et une Justice de Paix plus en rapport avec les besoins du canton et de la ville. Qui plus est, il s’engagea à dresser les plans et devis et à conduire les travaux.

La mairie de Sablonville

Commencée en 1835, la construction du nouvel édifice fut achevé le 13 juin 1836. Le rez-de-chaussée se composait de deux salles d’assemblée, l’une pour la Mairie et l’autre pour la Justice de Paix, du secrétariat de la Mairie, du bureau des archives communales, du cabinet du maire, mais également d’un greffe, de deux cabinets, l’un pour le gardien, l’autre pour les archives de la Justice de Paix, d’une prison et d’un corps de garde avec chambre d’officier. Le premier étage comprenait, en outre, le logement du secrétaire de la Mairie, ainsi que celui du gardien.

L'Hôtel de Ville actuel à la fin du
19ème siècle

La quatrième Mairie

À cause des exigences du public et du développement forcé et toujours croissant des services administratifs, la Mairie de Sablonville ne put bientôt plus suffire sans une profonde transformation. C’est la raison pour laquelle, en 1879, après le rejet du projet d’agrandissement et de surélévation de cet édifice, la décision est prise de faire l’acquisition d’un terrain appartenant à Mme Balsan, située à proximité du rond-point d’Inkermann, entre l’avenue du Roule et le boulevard d’Argenson.

Un concours d’architecte fut ouvert en 1881. Le lauréat, M. André, chargé de travaux très importants à Lyon, renonça au projet au profit de deux architectes, MM. Dutocq et Simonet. Commencés en 1882, les travaux de construction se sont poursuivit, sans interruption, jusqu’à leur entier achévement en 1885.

Queqlues mois plus tard, le 16 janvier 1886, le nouvel Hôtel de ville était inauguré officiellement en présence de M. Poubelle, préfet de la Seine. L’ancienne Mairie de Sablonville, dorénavant affectée à l’usage exclusif de la Justice de Paix, sera démolie en 1897, pour laisser place à une nouvelle Justice de Paix, ainsi qu’une école maternelle qui abritent aujourd’hui le Centre Culturel Louis de Bröglie.

Dans leur aménagement intérieur, les différents services administratifs de la nouvelle Mairie présentaient la disposition suivante : au rez-de-chaussée on trouvait, avec la loge du concierge, le bureau du préposé en chef de l’octroi, la bibliothèque municipale, le commissariat de police et le secrétariat du bureau de bienfaisance ; l’entresol était occupé par les bureaux du secrétariat général, de l’état civil, du percepteur des contributions directes et la recette municipale. Le premier étage, comprenait les cabinets du maire, des adjoints et du secrétaire général, une salle de commissions, la salle des fêtes encadrée par la salle des mariages et celle du Conseil municipal. Le second étage comprenait un bureau pour le lieutenant et un logement pour le clairon des sapeurs-pompiers, les services de la voirie et une grande pièce pour les archives. Dans les sous-sols se trouvaient différentes salles de sociétés et les violons du commissariat.

__________________________
1
Le canton de Neuilly depuis la loi 25 fructidor an IX (12 septembre 1801) comprenait trois communes : Boulogne, Clichy et Neuilly.



Page précédente

C'est à vous !

Contacter le service Archives et Documentation

  • Téléphone :
    01 40 88 88 58/59
  • Fax :
    01 40 88 87 43
  • Courriel :
    archivdoc@ville-neuillysurseine.fr
  • Adresse postale :
    125 avenue Achille Peretti (2ème étage)
    92200 Neuilly-sur-Seine
  • Horaires d'ouverture :
    du lundi au vendredi (13h30-17h30)
    sur rendez-vous pour la consultation des archives