LES SERVICES EN LIGNE

Les + demandés


Contacter le service Archives et Documentation

  • Téléphone :
    01 40 88 88 58/59
  • Fax :
    01 40 88 87 43
  • Courriel :
    archivdoc@ville-neuillysurseine.fr
  • Adresse postale :
    125 avenue Achille Peretti (2ème étage)
    92200 Neuilly-sur-Seine
  • Horaires d'ouverture :
    du lundi au vendredi (13h30-17h30)
    sur rendez-vous pour la consultation des archives

C'est à vous !

 

Une erreur sur la page ? Une question sans réponse ? Contactez-nous

Vous souhaitez obtenir une réponse ?

Facebook Twitter Google Plus

Les vitrines des archives

Actuellement

Histoire de l'Hôtel de Ville et de sa façade

Histoire de l'Hôtel de Ville et de sa façade

Jusqu'au 31 août 2017 de 9h à 17h30
Vestibule d’Honneur
Hôtel de Ville, 2ème étage

La Mairie place Parmentier devenant trop petite, le conseil municipal décide la construction d’un nouvel Hôtel de Ville. En 1879, il acquiert un terrain situé entre l’avenue du Roule et le boulevard d’Argenson et lance un concours pour la construction. Celle-ci est donc confiée à Victor Dutocq, associé à Charles Simonet. Le nouvel Hôtel de ville, construit entre 1882 et 1885, est inauguré le 16 janvier 1886. La façade, large de 40 mètres, subit au cours du temps de nombreuses dégradations et doit être rénovée à plusieurs reprises notamment en 1941 et 1963.

Pour tous renseignements :
tél : 01.40.88.88.58 - courriel : archivdoc@ville-neuillysurseine.fr

Les anciennes vitrines


Histoire des bibliothèques de Neuilly

Histoire des bibliothèques de Neuilly

La 1ère bibliothèque municipale est créée en 1877. Elle s'installe en 1951 dans la Maison des Jeunes et de la Culture, place Parmentier. 2 annexes sont créées, rue Windsor et boulevard du Château, avant d'être remplacées par un bibliobus. La bibliothèque accueille à partir de 1957 la 1ère discothèque municipale de prêt en France. En 1974, le projet d'aménagement de la bibliothèque à l'Hôtel Arturo Lopez est voté par le conseil municipal. En 1985, la bibliothèque place Parmentier ferme définitivement et s'installe 5 villa Emile Bergerat.


L'éclairage public à Neuilly

L'éclairage public à Neuilly

A l'origine, en 1836, l'éclairage de la commune fonctionne à l'huile. Les 70 lanternes de la Ville sont allumées manuellement chaque soir. Le passage à l'éclairage au gaz commence en 1842 avec le renouvellement progressif des candélabres et des canalisations. Celui-ci est à son tour remplacé par l'éclairage électrique à partir du début des années 50.


Histoire de l'avenue Charles de Gaulle

Histoire de l'avenue Charles de Gaulle

A l'origine plaine sablonneuse et inculte, la plaine des Sablons devient peu à peu, entre le milieu du XVIIIème siècle et le XXème siècle, l'axe principal de la commune. L'actuelle avenue Charles de Gaulle accueillera ainsi la célèbre fête à Neuneu, tandis que de nombreux transports en commun, tramways et métros notamment, y circuleront.


La IIème République à Neuilly

La IIème République à Neuilly

Le 24 février 1848, le roi abdique renonçant à son trône suite au soulèvement populaire. A Neuilly le 25 février 1848, 600 personnes se massent devant les grilles du château. M. Aubert, régisseur et conseiller municipal de Neuilly, doit ouvrir à la foule qui envahit le château et se livre au pillage.


Luna Park à la porte Maillot

Luna Park à la porte Maillot

Importé des Etats-Unis, le Luna Park est un parc d'attractions permanent installé porte Maillot. Il est inauguré par une grande fête le 26 mai 1909. C'est un succès immédiat. Le parc offre diverses attractions dont d'importants manèges à sensations. Il est soumis à une taxe prélevée sur les billets d'entrée comme nombre d'établissements et organise deux fêtes de bienfaisance au profit des oeuvres charitables de la ville en 1910.


Les hôpitaux militaires durant la grande guerre

Les hôpitaux militaires durant la grande guerre

Dès le début de la première guerre mondiale en 1914, la question des lieux d'acceuil pour les militaires blessés ou convalescents est une priorité. A Neuilly 16, hôpitaux provisoires appelés aussi ambulances s'installent dans différents bâtiments publics ou demeures particulières et au sein de plusieurs cliniques privées de la ville. Ambulances de la Croix-Rouge, hôpitaux bénévoles, formations sanitaires spécialisées ou encore établissement de convalescence assurent ainsi les soins aux militaires à Neuilly.


Les métiers exercés autrefois à Neuilly

Les métiers exercés autrefois à Neuilly

Dans la salle des fêtes de l'hôtel de ville, six figures allégoriques installées en 1908 représentent des métiers emblématiques de Neuilly : la pêche, la navigation, l'horticulture, la tapisserie, la parfumerie et la céramique. Plusieurs professionnels de ces six domaines sont établis dans la ville et ces activités prospèrent à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.


L'hôtel de ville de Neuilly

L'hôtel de ville de Neuilly

Après la cérémonie de pose de la 1ère pierre le 30 juillet 1882, le nouvel hôtel de ville est inauguré le 16 janvier 1886 avec l'organisation d'un bal au profit de la caisse des écoles. L'édifice, typique de la IIIème République, est de style pseudo-renaissance. Les revues spécialisées en architecture de l'époque ont fait l'éloge de ce bâtiment surmonté d'un campanile jusqu'en 1979.


L'hôpital communal

L'hôpital communal

Le centre hospitalier de Neuilly fête cette année ses 80 ans. La construction de l'hôpital communal entre 1933 et 1935 a été marquée par 3 cérémonies : pose de la première pierre, inauguration de l'établissement et bénédiction de la chapelle. Il ouvre ses portes officiellement en décembre 1935. Un règlement général prévoit alors le rôle et le nombre des membres du personnel.


La restauration des archives

La restauration des archives

Les documents d'archives sont uniques et irremplaçables mais ils sont vulnérables. De nombreux facteurs sont responsables de leur détérioration. Le service des archives municipales organise chaque année une campagne de restauration. Plusieurs opérations peuvent être menées sur le document afin de le restaurer. Un document restauré est plus facilement communicable.


Les « villes jumelles » de Neuilly-sur-Seine

Les « villes jumelles » de Neuilly-sur-Seine

Windsor en Grande-Bretagne en 1955, Hanau en Allemagne en 1964 et Uccle en Belgique en 1981. C’est après la Seconde Guerre Mondiale que les jumelages de villes se sont multipliés, d’abord dans un but de réconciliation des peuples puis parallèlement au processus de construction européenne. La Ville de Neuilly-sur-Seine s’était alors inscrite dans ce vaste mouvement en se jumelant avec ces trois villes européennes.

Source : Atlas français de la coopération décentralisée


La fête des écoles

La fête des écoles

A partir de 1880, la municipalité organise chaque année une fête pour les enfants des écoles de la ville. Elle réunit élèves, parents, enseignants et représentants de la municipalité. Après une matinée littéraire et musicale, un banquet est donné aux élèves qui peuvent alors repartir avec l'assiette et les couverts qu'ils ont utilisés. Une brochure leur est également distribuée.


La crèche Sainte-Amélie

La crèche Sainte-Amélie

La crèche Sainte-Amélie a ouvert ses portes en mai 1846. Il s’agit de la crèche la plus ancienne de la ville mais également une des premières crèches en France. Établie rue des poissonniers puis avenue Achille Peretti, elle s’installe au 24 rue des poissonniers en 1871. Destinée aux enfants des ouvrières neuilléennes, elle connait un rapide succès. Elle demeure la seule crèche à Neuilly jusqu'en 1974.


La compagnie des sapeurs-pompiers de Neuilly

La compagnie des sapeurs-pompiers de Neuilly

Créée dans la 1ère moitié du XIXème siècle, la compagnie des sapeurs-pompiers de Neuilly acquiert rapidement de l'importance. Suite à de nombreux incidents, elle est dissoute puis recréée en 1903. La guerre porte un coup d'arrêt à la compagnie. En 1919, elle ne compte plus que 19 hommes qu'il est parfois difficile de réunir lors d'incendie. La Ville décide alors de confier le service de lutte contre l'incendie aux sapeurs-pompiers de Paris.


Les œuvres de guerre

Les œuvres de guerre

Lors de la Première guerre mondiale, les oeuvres de guerre sont créées par des associations ou des particuliers qui récoltent de l'argent par différents moyens dans le but de venir en aide aux victimes du conflit. Elles se traduisent notamment par des journées nationales ou plus locales de bienfaisance qui consistent à vendre dans des lieux publics des insignes sous différentes formes. Neuilly participe à plusieurs de ces journées entre 1914 et 1920.


Protection des civils et ravitaillement pendant la 1ère guerre mondiale

Protection des civils et ravitaillement pendant la 1ère guerre mondiale

Bien que n'étant pas touchée directement par la guerre, Neuilly doit se protéger des vols d'aéronefs ennemis. Des mesures de réduction de l'éclairage sont mises en place dès 1915, tandis que des abris et un système d'alerte sont organisés en 1918. Par ailleurs, afin de lutter contre la spéculation et de permettre le ravitaillement de la population, le rationnement des denrées alimentaires, mais aussi du charbon, de l'essence et de l'électricité, est instauré progressivement.


Le lycée Pasteur

Le lycée Pasteur

 Cette année marque le centenaire de l'ouverture officielle et de la première rentrée des classes au lycée Pasteur. Le nouveau lycée est officiellement ouvert par décret du 30 mai 1914. Cependant, la déclaration de guerre entraine la réquisition du bâtiment affecté à l'ambulance américaine. La rentrée des classes a tout de même lieu dans des locaux de fortune. Le bâtiment ne sera réaffecté à son usage initial qu'en 1919, avant d'être officiellement inauguré le 18 octobre 1923.


Le tramway

Le tramway

Créé au début du XIXe siècle, le tramway est valorisé en France après la guerre de 1870.  A la fin du XIXe siècle, trois compagnies s'occupent du réseau. Ainsi, en 1902, la ville de Neuilly est traversée par treize lignes de tramways qui couvrent l’ensemble du territoire de la commune.Au début du XXe siècle, le tramway continue de se développer. Le nombre de voyageurs transportés ne cesse de croitre, tout comme celui des départs journaliers.Le tramway a disparu de Neuilly vers 1935 concurrencé par le développement de l’automobile et de l’autobus.


Les statues dans Neuilly

Les statues dans Neuilly

La Ville de Neuilly-sur-Seine a installé progressivement dans l'espace public plusieurs statues. Les deux premières sont celles représentant Antoine-Augustin Parmentier et Jean-Rodolphe Perronet. Elles témoignent de la volonté de la Ville de rendre hommage aux grands hommes ayant habité ou oeuvré dans la commune. De même, au XXe siècle, plusieurs statues à l'effigie de personnalités sont installés à Neuilly. Par ailleurs, dans la ville, il y a des statues à thème religieux ou représentant l'art contemporain.


Le pont de Neuilly

Le pont de Neuilly

Dès l'Antiquité, Neuilly est un gué remplacé par un bac en 1140. Par la suite, Neuilly connut 3 ponts successifs permettant le franchissement de la Seine. Le premier en bois est édifié entre 1609 et 1611 selon la volonté du roi Henri IV. Le second en pierre est construit entre 1768 et 1772 sous la direction de Jean-Rodolphe Perronet. Le troisième en acier est réalisé entre 1935 et 1942 pour répondre à de nouveaux besoins.


Le quartier des Ternes

Le quartier des Ternes

Les premiers habitants s'installent au hameau des Ternes au XVIIIème siècle, autours du château édifié en 1548. Rattaché à la nouvelle commune de Neuilly à la Révolution, le hameau se développe au XIXème siècle et prend peu à peu le visage d'un faubourg de Paris. Après trois demandes de séparation restées lettre morte, les Ternes deviennent finallement un quartier du XVIIème arrondissement de Paris en 1860.


Madeleine Michelis, résistante neuilléenne

Madeleine Michelis, résistante neuilléenne

Le centenaire de la naissance de Madeleine Michelis est l'occasion de rendre hommage à cette résistante, née à Neuilly le 22 août 1913. D'abord élève à l'école de filles avenue du Roule, puis au cours secondaire rue Pauline Borghèse, elle devient professeur au Havre puis à Amiens. Engagée dans les mouvements de résistance Libération Nord et Shelburn, elle est arrêtée en gare d'Amiens le 12 février 1944 et décède le 15 ou 16 février 1944. Son action lui a valu d'être nommée Chevalier de la Légion d'Honneur et elle a reçu notamment la médaille de la Résistance et la médaille de la Liberté américaine..


La décoration picturale de l'Hôtel de Ville

La décoration picturale de l'Hôtel de Ville

En 1902, seize ans après l'inauguration de l'Hôtel de Ville,  un projet voit le jour concernant la décoration picturale des salons et du vestibule du second étage de l'Hôtel de Ville. Celle-ci est alors réalisée entre 1904 et 1957. Elle met en avant la ville de Neuilly-sur-Seine mais elle met aussi à l'honneur des artistes neuilléens.


Parmentier et Neuilly

Parmentier et Neuilly

En 2013, la commémoration du bicentenaire du décès d'Antoine-Augustin Parmentier survenu le 17 décembre 1813 est l'occasion de rappeler les liens existants entre cet illustre personnage et la ville de Neuilly-sur-Seine. C'est dans la commune que l'agronome fit ses premières expériences de culture de la pomme de terre en 1786. Depuis cet épisode, les hommages se sont multipliés


L'octroi de Neuilly

L'octroi de Neuilly

La Ville de Neuilly-sur-Seine percevait autrefois l'octroi qui était une taxe prélevée à l'entrée des villes sur certaines marchandises. La perception de cette contribution à Neuilly remonte au XIXe siècle. Des bureaux d'octroi sont alors situés sur les axes principaux de la commune. Ceux-ci sont occupés par les employés du service de l'Octroi qui gère le prélèvement. Ce service est l'un des plus importants de la Ville par rapport au nombre d'agents qui y sont affectés et par l'importance des sommes récoltées.


La photographie à Neuilly à la Belle Epoque

La photographie à Neuilly à la Belle Epoque

Apparue au milieu du XIXe siècle, la photographie se démocratise à partir des années 1880. A cette époque, plusieurs photographes s'installent à Neuilly. Ils sont alors sollicités par de nombreux particuliers, qui souhaitent généralement faire réaliser des portraits, mais aussi par le personnel municipal pour des photographies officielles. Tandis que certains photographes connaissent le succès, les clichés amateurs se répandent .


La famille d'Orléans

La famille d'Orléans

La famille d'Orléans reste trente et un ans à Neuilly, de 1817 à 1848. Louis-Philippe s'installe avec sa famille au château de Neuilly, sa résidence nouvellement acquise qu'il fait entièrement réaménager. Devenu roi des Français, Louis Philippe ne quitte pas la ville dans laquelle grandissent ses enfants. Le passage de la famille laisse une empreinte durable dans la ville, encore visible aujourd'hui.


La commission historique et artistique

La commission historique et artistique

A l’occasion du cent dixième anniversaire de la création de la Commission Historique et Artistique de Neuilly, les Archives municipales vous invitent à découvrir cette entité aujourd’hui disparue. Créée en 1902, elle avait pour objectif de conserver, enrichir et valoriser le patrimoine neuilléen. En 1907, elle organise une grande exposition rétrospective sur l'histoire de la ville, qui rencontra un grand succès.


Les marchés de Neuilly

Les marchés de Neuilly

Le marché le plus ancien de Neuilly, celui de Sablonville, a été créé en 1827. Afin de répondre aux besoins en approvisionnement de la population, il y a eu jusqu'à cinq marchés dans la ville durant l'entre deux guerres. Lieu de vie quotidienne, le marché est une animation importante de la commune où tout le monde se côtoie...


Neuilly et le cheval

Neuilly et le cheval

Apparu à Neuilly grâce aux rois de France et notamment à François 1er, la commune a tissé depuis un lien étroit avec "la plus noble conquête de l'homme", favorisé par la présence du bois de Boulogne sur son territoire.La proximité avec l'hippodrome de Longchamp favorise également l'installation de manèges et de marchands de chevaux dans la ville


Le centenaire de la construction du lycée Pasteur

Le centenaire de la construction du lycée Pasteur

A l'occasion du centenaire de la construction du lycée Pasteur en 1912, le service des Archives municipales vous propose de découvrir durant deux mois l'histoire de cet édifice, l'un des plus emblématiques de la commune


Les femmes à Neuilly au XIXe siècle

Les femmes à Neuilly au XIXe siècle

A l'occasion de la Journée de la Femme organisée chaque 8 mars, le service des Archives municipales vous propose de découvrir durant deux mois la place des femmes à Neuilly au XIXe siècle.


Neuilly et son métro

Neuilly et son métro

A l'occasion de l'automatisation progressive de la ligne de métro n°1 depuis novembre 2011, le service des Archives municipales retrace durant deux mois son histoire, vieille de plus d'un siècle.
C'est au tournant du XXe siècle que commence l'histoire de Neuilly et de son métro...


Le cinéma-théâtre Le Village

Le cinéma-théâtre Le Village

A l'occasion de l'inauguration de la salle Darry Cowl au cinéma-théâtre "Le Village", le service des Archives municipales vous propose de découvrir l'histoire de cet édifice.

Situé au n°4 de la rue de Chézy, "Le Village" est un lieu familier de tous les Neuilléens, à l'histoire relativement réçente car pendant très longtemps, la ville ne posséda pas de théâtre.

Il faut attendre l'après-guerre et le début des années 1920 pour que le Conseil municipal adopte le projet de l'architecte communal Georges Guiard.


Théophile Gautier

Théophile Gautier

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la naissance de l’écrivain Théophile Gautier en 2011, le service des Archives municipales vous propose de découvrir la vie de cet écrivain qui a vécu près de 15 ans à Neuilly, de 1857 à sa mort en 1872.


La pelote basque à Neuilly

La pelote basque à Neuilly

Peu connue en France, la pelote basque est découverte par les Parisiens en 1900 lors des Jeux olympiques d’été organisés dans la capitale dans le cadre de l’Exposition universelle.

Au début du vingtième siècle, on compte à Neuilly trois établissements où se pratique ce sport : au n°66 de la rue Borghèse, au n°65 du boulevard Bineau, mais surtout au n°54 de la rue de Longchamp, au Cercle Saint-James.

Lors de l’inauguration du fronton Saint-James le 27 septembre 1903, l’équipe française (ceinture bleue) triomphe de l’équipe espagnole (ceinture rouge) par 40 points contre 37.

C’est un joueur français basque, Joseph Apesteguy surnommé Chiquito de Cambo, qui a marqué l’histoire de Neuilly.


La vie quotidienne à Neuilly pendant l'occupation

La vie quotidienne à Neuilly pendant l'occupation

La défense passive, les bombardements, le rationnement, la présence allemande dans la ville… A l’aide de quelques documents d’archives (brochures, affiches, journaux, etc) nous vous faisons revivre cette époque.


La parfumerie, une industrie florissante à Neuilly

La parfumerie, une industrie florissante à Neuilly

Deux parfumeurs notamment, ont marqué l’histoire de la ville : Houbigant, la célèbre maison parisienne créée en 1775 rue du Faubourg Saint-Honoré, qui établit une usine de production au n°141 de l’avenue du Roule, et les établissements Rigaud qui s’installent vers 1860 rue des Huissiers.

A côté de ces quelques gros fabricants, Neuilly compte également de nombreuses boutiques de détail qui proposent un large choix de parfums à une clientèle aisée.

A l’aide de documents d’archives (annuaires, cartes postales, gravures, journaux, etc) nous vous faisons découvrir cet aspect méconnu de la ville.


Les établissements de santé de Neuilly

Les établissements de santé de Neuilly

Depuis la première maison de santé ouverte en 1828 grâce à la générosité de la duchesse d’Orléans, Marie-Amélie, de nombreux établissements de santé ont fleuri sur le territoire communal.

D’importance variée, ces hôpitaux, cliniques, maisons de santé ou de convalescence privés ont profité d’un cadre privilégié pour s’implanter et attirer une clientèle aisée.

Il faut attendre les années 1930 pour voir la ville se doter enfin d’un hôpital communal, inauguré en 1935 boulevard Bourdon (actuel boulevard du Général Leclerc).

A l’aide de quelques documents d’archives (plan, cartes postales, journaux et photographies) nous retraçons l’histoire de ces établissements.


L'évolution du territoire de Neuilly

L'évolution du territoire de Neuilly

C’est avec la création de la commune à la Révolution française que se pose pour la première fois la question des limites territoriales de Neuilly.

Dès 1791, celles-ci sont établies avec les communes voisines : Clichy, Passy, Courbevoie, Puteaux, Boulogne et Paris, puis les Batignolles-Monceaux en 1830.

A cette époque, le territoire communal était beaucoup plus vaste que celui que nous connaissons aujourd’hui. Neuilly s’étendait de la Seine à la barrière de l’Etoile, et englobait une partie du Bois de Boulogne. Les annexions successives de 1859, 1866 et 1929 l’ont réduit de façon significative.

A l’aide de quelques documents d’archives (plans, cartes postales et gravures anciennes, etc) nous retraçons pour vous cette évolution.


Le groupe scolaire de la Saussaye

Le groupe scolaire de la Saussaye

Suite à l’augmentation considérable de la population de Neuilly tout au long du XIXe siècle, la municipalité réfléchit dès le tournant du siècle à la construction d’un nouvel établissement scolaire.

Le 21 décembre 1906, le conseil municipal vote la création du nouveau groupe scolaire, comprenant des classes de maternelle et de primaire (filles et garçons).

Située boulevard de la Saussaye, dans l’ancien Parc du château de Neuilly, l’école est édifiée sous la direction de l’architecte Maurice Payret-Dortail à partir de 1907. Le groupe scolaire est inauguré à l’automne 1910 et les premiers élèves y sont accueillis.


Les colonies de vacances au Château de Tremblay-sur-Mauldre

Les colonies de vacances au Château de Tremblay-sur-Mauldre

Situé dans le département des Yvelines, ce château du 17e siècle a appartenu à la ville de Neuilly-sur-Seine entre 1946 et 1987. Entouré d’un grand parc boisé, il a accueilli de nombreux enfants de Neuilly en colonies de vacances au cours des années 1950 et 1960.

A l’aide de quelques documents d’archives (photographies, plan, délibération) nous faisons revivre vos souvenirs…


Les fêtes méconnues de Neuilly

Les fêtes méconnues de Neuilly

En marge de la célèbre fête à Neu-Neu, la municipalité de Neuilly a établi un programme de festivités chaque année entre la mi-juin et la mi-juillet, du milieu du 19ème siècle à la veille de la seconde guerre mondiale.

Les fêtes commencent par une retraite aux flambeaux vers le 10 juin pour s’achever par la fête nationale le 14 juillet. Entre ces deux dates, existent notamment la fête des fleurs et la fête vénitienne, crées toutes les deux à la fin du 19ème siècle.


Les commerces de Neuilly à la Belle-Epoque

Les commerces de Neuilly à la Belle-Epoque

Au début du 20ème siècle, la situation de la ville (nombreuse population, proximité de Paris et de la Seine, sur un axe de circulation capitale-province) fait de Neuilly un lieu d’échanges important.

Il existe à cet époque un réseau varié et très dense de commerces de détail qui permet de satisfaire les besoins d’une population bourgeoise. Le quartier de Sablonville, l’avenue du Roule et le « vieux Neuilly » autour de la place du château concentrent la plupart des boutiques.

Quant au commerce de gros, beaucoup plus spécialisé, il est installé principalement sur l’avenue de Neuilly, l’île de la Jatte et les quais de la Seine, l’ancien Parc du Château et la rue de Villiers.

En 1910, un magasin d’un nouveau genre ouvre à Neuilly, à l’angle de l’avenue du Roule et de la rue des Huissiers : le Félix Potin.


Le Château de Neuilly

Le Château de Neuilly

C’est en 1741 que commence réellement l’histoire du château de Neuilly, lorsque Marc-Pierre de Voyer de Paulmy, comte d’Argenson, secrétaire à la guerre de Louis XV, devient propriétaire du Domaine. De 1766 à 1818, plusieurs propriétaires prestigieux se succèdent, comme Radix de Sainte-Foix, le maréchal d’Empire Murat, puis Pauline Borghèse, la sœur de l’empereur Napoléon 1er.

En 1818, le Duc d’Orléans, futur Louis-Philippe, acquiert à son tour le Domaine de Neuilly. Le Prince s’installe au château avec sa famille et confie à l’architecte Fontaine le soin d’en faire une magnifique résidence royale. Lors de la révolution de 1848, le 25 février, le château est incendié et pillé par les émeutiers.

Aujourd’hui, ne subsiste que l’aile droite, appelée « Pavillon de Madame Adélaïde » et située à l’angle des boulevards de la Saussaye et d’Argenson. Les religieuses de la congrégation de Saint-Thomas de Villeneuve y sont installées depuis 1907. A l’aide de quelques documents d’archives (gravures, photographie, cartes postales, ouvrages anciens et plan notamment) nous vous faisons découvrir ce monument de Neuilly.


Le vélo à Neuilly

Le vélo à Neuilly

C’est à partir de 1861 avec l’invention de la pédale par les frères Michaux, que se développe la pratique du vélo dans la société française. La première course cycliste de l’histoire est organisée le 31 mai 1868 dans le parc de Saint-Cloud. Dès lors, l’ouest parisien, notamment les communes voisines du Bois de Boulogne, devient un haut lieu pour l’organisation de courses de vélocipèdes.

Le 29 mai 1892, un des premiers vélodromes est inauguré à Neuilly non loin de la Porte Maillot, le Vélodrome Buffalo Parallèlement aux manifestations sportives, les constructeurs de vélocipèdes, comme Alcyon, et les marchands de cycles sont très présents dans la ville jusqu’en 1914.


Les écoles du XIX<sup>ème</sup> siècle aux années 1960

Les écoles du XIXème siècle aux années 1960

C’est au XIXème siècle que Neuilly commence à se doter d’écoles afin de répondre aux besoins de scolarisation de sa population en forte augmentation.

La toute première école située rue du Château laisse la place dans les années 1860 à une école de filles rue des Poissonniers et une école de garçons rue des Huissiers. D’autres établissements, publics et privés, voient peu à peu le jour.

Cependant, aucun établissement secondaire n’est présent sur le territoire de la commune avant le 1er quart du XXème siècle : le lycée Pasteur, dont les travaux ont commencé en 1912, n’accueillera des élèves qu’à partir de 1923.

L’histoire de ces différents établissements, encore existants aujourd’hui, est retracée à l’aide de quelques documents d’archives (cartes postales, photographies, brochures…).


Août 1944 - La libération de Neuilly

Août 1944 - La libération de Neuilly

Pendant la Libération, Neuilly connait un des épisodes les plus sanglants de son histoire. Le 19 août 1944, à l’Hôtel de ville, une quarantaine de résistants du groupe « Liberté » affrontent violemment les soldats allemands.

Après plusieurs heures de combats, un char allemand gravit les marches du perron, avant de pénétrer dans le hall d’honneur. Tous les occupants sont arrêtés, à l’exception de quelques uns qui réussissent à s’échapper par les égouts.

De nombreuses échauffourées ont lieu dans toute la ville jusqu’au 25 août, date de la reddition de la garnison allemande, installée dans la forteresse Montebello avenue de Madrid, devant les F.F.I. de Neuilly et les soldats de la 2ème D.B. du Général Leclerc. A Neuilly, la Libération a causé la mort de 39 français entre le 19 et le 31 août 1944.


Le jardin d'acclimatation de 1871 à 1929

Le jardin d'acclimatation de 1871 à 1929

Après la guerre de 1870 et la Commune de 1871, le Jardin d'acclimatation renaît en 1872 grâce aux subventions et aux dons de généreux étrangers.

A partir de 1877, des exhibitions ethnographiques sont organisées chaque année. Au début du 20ème siècle, des villages indigènes sont même reconstitués, comme le « village sénégalais », où sont présentées les mœurs et coutumes de ces peuples « exotiques ».

De nouveaux équipements voient également le jour comme le « Palais d’hiver », vaste bâtiment regroupant notamment le café-restaurant du Palmarium et une salle de spectacle où ont lieu des représentations théâtrales. En 1900, le Jardin d’Acclimatation devient ainsi le premier jardin de loisirs en famille de France.

En 1929, Neuilly céde à Paris le jardin d'acclimatation à l'occasion du transfert administratif du bois de Boulogne au 16ème arrondissement.


Le jardin d'acclimatation de 1860 à 1871

Le jardin d'acclimatation de 1860 à 1871

Le 6 octobre 1860, le Jardin Zoologique d’Acclimatation est inauguré par l’Empereur Napoléon III et son épouse, l’Impératrice Eugénie. Situé dans le Bois de Boulogne, sur le territoire de la commune de Neuilly-sur-Seine, le jardin présente au public des espèces venues du monde entier (éléphants, girafes, antilopes, chameaux, ours, kangourous ou autres yaks) dans un parc d’environ 20 ha.

Le succès est immédiat et, l’année suivante, le jardin est agrandi et doté de nouveaux équipements (serres, aquarium). Cependant, la guerre de 1870, puis la Commune de Paris en 1871 vont interrompre cet élan. A l’aide de quelques documents d’archives (gravures et journaux anciens, ouvrage, etc) nous retraçons ainsi les débuts du Jardin d’Acclimatation.


La crue exceptionnelle de 1910

La crue exceptionnelle de 1910

Comme sa voisine Paris, Neuilly-sur-Seine est touchée par la crue exceptionnelle de 1910. L’eau envahit les rues des quartiers proches du fleuve et perturbe pendant plus d’un mois la vie quotidienne des habitants (déplacements et approvisionnement notamment).

Face aux dégâts considérables, la solidarité se met en place pour aider les sinistrés et remettre la ville en état. A l’aide de quelques documents d’archives (cartes postales anciennes, plans de la ville, ouvrage) nous retraçons cet événement qui, à l’époque, a durablement marqué les esprits de nos concitoyens.

Contacter le service Archives et Documentation

téléphone : 01 40 88 88 58 / 01 40 88 88 59
fax : 01 40 88 87 43
courriel : archivdoc@ville-neuillysurseine.fr
adresse postale : 125 avenue Achille Peretti (2ème étage), 92200 Neuilly-sur-Seine
Horaires d'ouvertures : du lundi au vendredi (13h30-17h30), sur rendez-vous pour la consultation des archives



Page précédente

C'est à vous !

Contacter le service Archives et Documentation

  • Téléphone :
    01 40 88 88 58/59
  • Fax :
    01 40 88 87 43
  • Courriel :
    archivdoc@ville-neuillysurseine.fr
  • Adresse postale :
    125 avenue Achille Peretti (2ème étage)
    92200 Neuilly-sur-Seine
  • Horaires d'ouverture :
    du lundi au vendredi (13h30-17h30)
    sur rendez-vous pour la consultation des archives